Ralentir… vers l’autre monde

 

(C’est un article que j’ai publié dans le web-magazine Essenci’Elles du mois de novembre 2018 qui avait pour thème Ralentir 🙂 )

 

C’est l’automne, on ralentit, oui… on se cale sur la nature, la lumière qui se barre un peu, voire beaucoup, mais qui est aussi plus chaleureuse et douce. On cherche le cocooning et plus…

C’est ça. Mais ne t’inquiètes pas je ne te fais pas un énième article sur l’automne, le hygge ou autre… je vais te parler de la vie, ta vie 🙂

La société marche en mode go fast, souvent toi aussi, ta famille aussi, tes amis, ta maison, etc… Tu suis des routes, tu fonces en fait, la journée passe en cinq minutes, l’année aussi (au fait c’est bientôt Noël… tu y as pensé? 😉 )

Il y a la route de la femme, la route de la pro, la route de la mère, etc… tu joues tous ces rôles en même temps, tu jongles ou plutôt tu as arrêté de jongler, tu fonces, tu trébuches, tu te relèves, tu traces…

Et en fait le mode go fast te braque ta vie.

Ou plutôt tu te fais braquer ta vie par le go fast.

Parce que en fait à un moment tu as choisi ce braquage de ta vie, de te déposséder de celle-ci et parfois de toi-même. Oui.

Au début tu t’es lancé dans la vie, dans ta vie, d’adulte, pleine de paillettes, de joie, de lumière, en mode wild (grand angle), large, confiante, tranquille.

Puis le temps a passé, ça a rétréci, petit à petit, exit les paillettes et le wild, ça s’est assombri pas à pas, refermé, accéléré, altéré, les routes sont devenues des tunnels, et tu avances… consciencieusement puis docilement.

Tu traces avec ta charge mentale, en copilote. Au début c’était léger, puis un peu moins, maintenant tu ne sais plus.

La charge mentale, c’est toi.

Ta charge mentale c’est toi. Oui.

C’est tout ce que tu fais que tu pourrais déléguer, ou ne pas faire à la place de… de ton homme, de tes enfants, de ton collègue, de… C’est un poids que tu ajoutes insidieusement à ta vie, par amour, par amitié, par conscience professionnelle, par loyauté, par devoir, par amour parfois, etc… Mais pas par amour pour toi.

Ou bien par un amour un peu ébréché, un peu malade parfois ou un peu triste, un amour de soi à réparer, à consoler.

La charge mentale c’est de l’ego aussi parfois, une quête de perfection aussi, un manque d’estime de soi que l’on compense. Parfois, c’est des exigences démesurées envers soi que l’on n’a pas avec les autres… (oui je t’ai dit que ton amour pour toi manquait de vitalité et de paillettes…)

Quel est le rapport avec Ralentir (le thème de ce numéro d’Essencie’ELLES)?

Le rapport c’est le passage.

Le passage du mode go fast au mode go slow.

Le passage d’un monde à l’autre.

Ralentir c’est permettre ce passage, ce pont entre deux mondes, deux modes de vie, deux vies.

Ralentir c’est remettre du temps dans ta vie. Du beau, aussi, du présent, du ressenti.

Quand tu traces, tu ne vois plus rien, tu ne ressens plus rien, tu ne vis plus rien. Et ta charge mentale te drive pendant que ton cerveau, ton corps et ton âme essayent de suivre ou de survivre, parfois ils essayent même de te parler.

Ralentir c’est lâcher ses exigences sur soi et sur l’image que l’on veut donner, se décentrer de soi et du contrôle pour se reconnecter à soi et à la vie. La vraie. La vraie soi et la vraie vie.

Se décentrer de soi, pour se reconnecter, se retrouver, se recentrer. Oui.

(Si tu lis mes articles, tu sais qu’il y a très souvent des paradoxes, des formules bizarres et des trucs marrants, c’est mes tocs, mais parfois c’est intéressant, voire inspirant… 😉 )

Donc ralentir c’est passer d’un monde à l’autre.

Passer des tunnels au wild et au slow.

Ralentir c’est pourvoir à nouveau, observer, décider, choisir, accueillir, savourer… vivre. Vivre dans tous les aspects de sa vie, se retrouver et retrouver tout ce que l’on néglige.

Ralentir c’est avancer sur un pont entre deux mondes, entre deux vies, entre deux sois. C’est prendre une pause, s’assoir sur le pont, faire le point, regarder les choses en face, sa vie en face, soi aussi. Et se permettre du temps, de l’indulgence, sa propre parfaite imperfection, lâcher la pression et respirer, observer, accueillir, savourer… et retrouver ses sens.

Ralentir parce que tu le vaux bien… ta vie aussi 🙂

Remets dans ta vie, du slow, du wild et des paillettes… parce que la vie se savoure chaque jour…

 

Bonus slow life: Quand tu ralentis ta vie, tu accélères ta vie. Tu vis plus de choses, de façon plus intense, plus sensorielle, plus colorée. Ta vie est plus riche, toi aussi. Tu vis plus, plus fort et plus vite, des moments présents à l’infini… Mon mantra: Vivre le moment présent et savourer 🙂

 

Eve ROSE, psychologue & thérapeute, consultations en ligne par Mail & Tchat, Psy-mail.com

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *