Sors ton gosse de sa cloche…

 

Attention article un peu punk, mais licorne à paillettes aussi, âmes sensibles s’abstenir… 😉

Depuis quelques temps, les enfants semblent mis sous cloches… pas tous mais beaucoup. Ils sont protégés, adulés, enfermés, assistés, trop… empêchés aussi. Trop d’assistance, empêche de grandir… de développer ses capacités, de vivre…

On parle de défauts d’éducation, certains d’absence d’éducation, d’autres de nouveaux modes d’éducation ou de la société. Peut-être un peu tout ça, mais ce n’est pas le problème, le problème se situe dans la conception de ce qu’est un enfant.

Si tu vois l’enfant comme une petite chose fragile à protéger de tout, à assister en permanence et à aduler, tu vas passer à côté de ton enfant et faire passer ton enfant à côté de sa vie.

Ce que l’on observe de plus en plus c’est des parents qui n’apprennent plus la vie à leurs enfants dans sa globalité, et qui ne partagent plus la vie avec leurs enfants.

Les moments de vie ensemble au quotidien, sont de plus en plus rares, les moments de réels partages aussi, et donc d’apprentissage aussi.

Et cette merveilleuse phrase trop souvent entendue… et qui donne envie de je ne sais quoi mais un truc avec un peu de violence dedans ou beaucoup d’énervement en tout cas… « Ce n’est qu’un enfant… »

Ma phrase préférée… je ne sais pas d’où vient cette phrase, et quel est l’adulte, probablement lui aussi réduit dans sa tête, qui a lancé ce concept tellement réducteur et plus…

Parce que quand tu prononces cette phrase, tu réduis ton enfant, les enfants…

Dire ce n’est qu’un enfant, le penser, et le prendre comme excuse pour ne pas l’éduquer, lui apprendre la vie dans sa globalité, c’est…

C’est nier l’intelligence d’un enfant…

C’est le mettre dans une position inférieure, sous-estimer ses capacités…

C’est lui manquer de respect…

C’est ne pas lui faire confiance…

C’est aussi reporter sur l’enfant son propre manque de confiance ou ses propres difficultés…

Un enfant est immature, cela veut dire qu’il peut apprendre, qu’il va grandir et s’épanouir, pas qu’il doit rester et être conforté dans une position inférieure.

Si tu n’apprends pas à ton enfant à marcher, pour qu’il développe sa capacité respiratoire, ses muscles, son endurance, ce n’est pas à l’adolescence qu’il va apprendre… ni plus tard.

Si tu n’apprends pas la vie en société à ton enfant, le respect des autres, la politesse, idem.

Si tu n’apprends pas à ton enfant que certaines choses méritent un effort et que le chemin en vaut le coup, idem.

Etc…

Le pré-mâcher, les pré-penser, le pré-fait, le maintiennent dans une immaturité qui ressemble à une infériorité, un manque de prise en considération que l’enfant est intelligent et a un pouvoir, comme tout le monde, le pourvoir de faire, d’apprendre, d’être.

Ton rôle d’adulte est de l’accompagner, de le soutenir, de l’aimer…

L’aimer vraiment c’est le respecter et lui apprendre la vie dans sa globalité…

Ton enfant n’a pas besoin non plus d’un emploi du temps surchargé, ni de stimulations permanentes, parce que cela l’empêche de rêver, de développer sa créativité, de regarder le monde, de vivre vraiment…

L’espace, le temps, les moments de rien, stimulent la créativité, l’inventivité, le développement de capacités cérébrales, l’intériorité aussi…

Ne confond pas laxisme et éducation bienveillante, infériorité et immaturité, limiter et protéger… et enfin aduler et aimer…

Sors ton enfant de sa cloche, accompagne-le dans la vraie vie, ensemble… 🙂

 

Bonus la confiance génère la confiance…: Si tu fais confiance à ton enfant, que tu lui apprends des choses en lui faisant confiance, en l’accompagnant sans faire à sa place… tu développes ta confiance aussi. Ta confiance en toi en tant que parent, ta confiance en lui, ta confiance en la vie. Et plus de sérénité, plus de partages, plus d’amour, c’est plus de vie… 🙂

 

Eve ROSE, psychologue & thérapeute, consultations en ligne par Mail & Tchat, Psy-mail.com

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *