Réussir son confinement… ou pas…

 

 

Il y a quelques temps, c’était la dictature du bonheur et du bien-être, et c’est toujours le cas, j’en parlais dans un article, et maintenant c’est la dictature du confinement réussi… 🙂

Oui. Mets des paillettes dans ton confinement et tout va bien…

Une forme d’injonction à réussir son confinement a émergé, a fleuri avec le printemps…

Rien de surprenant, étant donné le climat d’injonction au bien-être et plus… de ces dernières années et étant donné la volonté de certains de faire de la manipulation émotionnelle pour apaiser les personnes, ou bien d’être dans une forme de déni pour s’apaiser soi.

Alors toute la journée, sur les réseaux et sur les chaines d’infos, on montre des personnes qui vivent un super confinement, qui gèrent tout parfaitement, qui font plein d’activités, qui refont leur maison, apprennent des langues, méditent, font du sport chez elles, du yoga et autres, et vivent la révélation de leur vie et de leur famille parfois… tous les jours et qui vont bientôt adopter un pangolin parce que c’est mignon et hype, voire bobo 😉

Et certains applaudissent aussi docilement le soir certaines professions, et pas d’autres, qui font pourtant aussi leur travail et sont aussi au service de la population, et qui subissent parfois les mêmes pressions et autres, de leur direction, si bien cachées par les médias… surtout dans ce type de période ne montrer qu’une face de la médaille… La manipulation émotionnelle doit fonctionner…

Et il faut entretenir le feel-good movie de la réalité, et bien l’implanter, face aux angoisses et aux réalités plutôt dark.

C’est un choix de stratégie psychologique pour unir les personnes, ça fonctionne. Mais selon moi, cela finit par diviser…

Oui parler du positif, de ce qui est possible de faire pendant le confinement, de ces mécanismes psychiques qui redistribuent toutes les cartes, le thème de mon prochain article, encourager les personnes à être dans une dimension et une énergie positives et créatives, ok, c’est important et bénéfique…

Mais comme je l’ai dit dans une de mes inspirations publiées sur les réseaux sociaux, partager du positif, de la joie, de la bienveillance, oui! Mais ne faire que cela produit plutôt l’effet inverse que celui recherché. Le déni de l’autre côté de ce qui se passe est plus néfaste que d’en parler aussi 😉

Cette pression sociale actuelle de réussir son confinement, va se ressentir de plus en plus chez les personnes et creuser leur estime personnelle et plus…

Personnellement, par rapport à soi-même, avec de la culpabilité de ne pas y arriver, à gérer, à faire des choses avec tout ce temps disponible, donc par rapport à ses exigences personnelles qui font écho à celle de la société.

Socialement, par rapport aux autres, et à ce qui est diffusé, eux y arrivent et pas moi, donc je ne suis pas à la hauteur de moi-même et des autres, je ne suis pas une licorne à paillettes, je suis nulle, etc… et aucun pangolin ne voudra de moi 😉

Cette injonction de réussir son confinement, personnellement, professionnellement (télétravail) et aussi dans sa famille, génère beaucoup de culpabilité, de dévalorisation, de baisse de confiance en soi et d’estime de soi, et ajoute de l’anxiété, de l’angoisse, de la souffrance psychologique à une situation qui en génère déjà beaucoup…

(Mécanisme que l’on retrouve aussi chez les soignants considérés comme des héros, alors que les choses sont plus complexes que cela et que cela implique d’assumer cette étiquette et d’être à la hauteur, ce qui est générateur aussi de souffrance psychique, alors qu’ils en ont déjà bien dans leur quotidien… ceci d’autant plus avec l’injonction paradoxale de sauver des gens alors que ce n’est pas possible ou qu’il n’en ont pas les moyens, selon les cas, et que le héros peut tout faire… et est considéré, alors que ces dernières années, le soutien a manqué dans leur revendications et alertes.)

Ressenti de culpabilité et plus, d’autant plus que les émotions et les ressentis sont exacerbés durant ce type de période, donc si en plus on appuie là où cela fait mal… si on ne reconnait pas les personnes qui sont, de façon passagère ou pas, plutôt du côté dark-légume que du côté paillettes-namaste, on augmente la souffrance mentale et autres… 😉

C’est normal, comme je l’ai déjà dit, de ne pas arriver à faire tout ce que l’on voudrait, c’est normal d’avoir des hauts et des bas, c’est normal d’être parfois super zen puis submergé par des tas d’émotions…

Réussir son confinement ne passera pas par la perfection, car la vie n’est que parfaite imperfection, et que l’on est dans une situation particulière qui te bouscule mais qui n’est pas que créative.

Souviens-toi, le chaos génère le pire, comme le meilleur…

Alors sois plus sympa avec toi-même, vois le positif et le négatif, accueille, et lâche les exigences démesurées, relève quelques défis, lâche les comparaisons dont tu ne vois qu’un aspect…

Entre deux séances de yoga et de smoothies saupoudrés de paillettes, peut-être que c’est la fin du monde aussi chez eux…

L’important c’est de te recentrer sur toi, sur ce qui est bénéfique et positif pour toi, d’accepter aussi le négatif, d’être dans la bienveillance sans être dans le laxisme ou la négligence, retrouver un certain équilibre en naviguant avec envie, courage et force, pas à pas et jour après jour, au milieu du chaos, parce que la vraie vie c’est un peu ça… même en temps plus « normal »… 🙂

 

Bonus mon confinement c’est le mien…: mon confinement n’appartient qu’à moi, et aura des effets sur moi, puis sur mon entourage et autres… Donc il y a déjà moi à considérer en premier… C’est comme dans les avions, quand ça crashe, tu mets ton masque en premier pour te sauver, et donc potentiellement sauver les autres… Là c’est ton confinement, ton expérience de vie, ta parenthèse étrange et inconnue, mais prévisible depuis des décennies, donc recentre toi sur toi, tes forces, tes faiblesses, ce que tu veux changer ou pas, ce que tu as négligé ou pas, ce que tu as oublié ou pas, tes jours up et tes jours down… Chaque jour est un cadeau et une chance… parce que la vie se savoure chaque jour, prends soin de toi parce que c’est toi… 🙂

PS: Si tu as besoin ou envie d’aide, demande, fais la démarche, s’enfoncer ne résoud rien. Tu as mes consultations psy en ligne accessibles, avec ou sans rendez-vous, de chez toi, par mail & tchat écrit. Tu as les plateformes d’aide en ligne par téléphone, mises en place par le gouvernement, etc… Contacte ce qui te parle le plus… 🙂

 

Eve ROSE, psychologue & thérapeute,

Consultations psy en ligne par Mail & Tchat,

Blog inspirant et plus… Psy-mail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Choisir le MAIL... avec une psy en ligne

Préférer le TCHAT... avec une psy en ligne

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *