Lâche ta caméra…récupère ton cerveau!

 

 

Il y a un phénomène qui grandit depuis quelques années, qui se banalise, qui est inquiétant…selon moi.

Filmer tout, tout le temps, et partager… et parfois rire de la difficulté des autres, de leur peine, ou autres…

J’ai toujours eu du mal à comprendre cela, même si la psy en moi comprend. Le problème c’est la banalisation quotidienne de cela.

La banalisation quotidienne et mondiale, du rire dans l’indifférence, de l’humiliation générale et généralisée, de la souffrance comme distraction…

Chaque fois que tu filmes ton enfant qui pleure, tu atteints son humanité, ton humanité, l’humanité. Et en plus tu le partages avec d’autres, connus et inconnus.

Chaque fois que tu filmes un accident, tu filmes la douleur, l’horreur, et plus… pour de vrai… la mort aussi. Et en plus tu le partages, etc…

Chaque fois que tu filmes quelqu’un qui est mal ou dans une difficulté, le partages, et que même parfois tu en ris, tu déshumanises, l’autre, toi, le monde. Et en plus tu le partages, etc…

C’est ça que tu veux, pour toi, pour le monde, pour la planète, pour ta famille, tes amis, toi-même…? Etre visible sur les réseaux sociaux, et autres, dans le monde entier et que tout le monde ris de toi, te déshumanise, et plus…

Lâche ta caméra déguisée en téléphone, lâche les choses tristes pour les merveilles, choisis ton camp, l’humanité ou l’autre…

Les choses tristes sont peut-être à filmer juste pour informer, dans certaines circonstances, non?

Regarde avec tes yeux, vois l’essentiel, prend du recul, souviens-toi de ton cerveau. Oui ça peut servir 🙂

T’anesthésier avec un appareil, ton appareil, un téléphone à la base, un tyran en fait, souvent, le dictateur de ta conscience, te sert à fuir les choses, ce que tu ressens et ce que tu penses.

Il te transforme en robot, la société parfois aussi, mais toujours avec ton accord en fait.

Quand tu filmes tu te déconnectes de toi et de la scène, et ensuite porté par le groupe tu n’es plus un, tu es la masse, et tu suis… ta conscience se dilue dans l’appareil et dans la masse… l’humanité aussi.

Lâche ta caméra, récupère ton cerveau, tes neurones, ta conscience et pleins d’autres trucs qui pourraient servir…

Et récupère aussi ton empathie? Ce n’est pas une maladie, c’est de l’humanité… Souviens-toi…

Si tu as besoin de montrer ça pour exister, pour avoir le sentiment d’avoir une vie, si on t’a appris cela, tu t’es fait arnaquer ou tu t’arnaques toi-même.

La vie c’est plus que ça. Beaucoup plus… 🙂

Peut-être aussi que tu souffres, que tu te sens mal au fond, et tu as besoin de ça pour te donner une forme d’importance… mais est-ce vraiment le cas?

Qu’est-ce que tu montres de toi et de ta vie quand tu partages ces moments difficiles de vie…?

Quand tu montres ton déjeuner à tout le monde, c’est souvent un peu d’ego ou l’inverse… mais quand tu montres ça, c’est quoi? La moquerie dans l’indifférence, voire dans l’obligatoire participation et ensuite?

Tu te souviens de qui riait de la souffrance ou de la peine des autres dans les films ou les séries… que tu regardais ou regarde toujours… C’est comme eux que tu veux être? Mais en vrai, en réel?

Le jour où ça sera toi, toi filmé et balancé sur le net, il se passera quoi, tu vivras ton humiliation et/ou ta peine dans ton coin ou tu riras avec les autres…?

Alors souviens-toi de ton cerveau, récupère ton cerveau, il n’y a qu’un appareil en toi et lui… et ta liberté de choix.

Et pense à récupérer ton coeur aussi, oui, pense et ressent… la vie, les autres, le monde… en vrai!

Changer le monde ça commence par un pas… et par toi 🙂

 

Bonus La violence c’est toi… il y a des armes silencieuses et puissantes, banalisées, quotidiennes… Reprend ton pouvoir sur l’image, tu peux la contrôler au lieu qu’elle te contrôle, choisis ton camp, l’ombre ou la lumière, l’humiliation ou le respect, choisis la liberté, ta liberté. La liberté peut être une arme de construction massive…tu te souviens… 😉

 

Eve ROSE, psychologue & thérapeute, consultations par Mail & Tchat, Psy-mail.com

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *