La résistance au changement… cette conna***se

 

Oui…oui…

Parce que la résistance au changement nous pourrit un peu la vie, quand-même… 🙂

Quand tu choisis de changer quelque chose dans ta vie, dans tes comportements, dans ton attitude, dans ta vie quotidienne, etc… il y a toujours un moment où ça bloque…

Au début tu avances pas à pas dans ton changement plein de motivation, d’envie, de paillettes et tout brille, tu avances à fond, tout va bien, c’est facile, plus ou moins, mais c’est plutôt fluide… tu es shooté d’optimisme, de fierté et de motivation, tu brilles et tu te sens invincible… en mode super héros.

Puis les jours passent… ou les heures… et ça va toujours, les choses avancent, tu es à fond dans ta nouvelle vie et plus rien ne sera comme avant, parce que tu es un winner et tu te demandes même pourquoi tu pensais que c’était aussi difficile et pourquoi tu n’as pas fait ce changement plus tôt…

Et c’est là que ton cerveau t’attend au tournant avec un petit sourire de hyène et une pelle à la main… 😉

Oui parce ton cerveau shooté par ta motivation et illuminé par toutes les paillettes (trucs neurologiques et hormonaux qui boostent ton corps et ton cerveau) liées à ta nouvelle décision, ton choix de changer, ont éradiqué pendant un moment tes doutes, tes anciennes habitudes, ton ancienne vie, tes croyances, tes schémas de comportement ou de pensées, etc… tout ce qui faisait le truc qui te posait problème chez toi et que tu as décidé de modifier, un soir de pleine lune, ou par une nuit d’insomnie, voire dans un éclair de lucidité sur ton canapé ou après une consultation avec ta psy…

Donc le changement était facile, c’était presque les vacances… les vacances de ta vie d’avant 🙂

Et là la hyène te balance un bon coup de pelle dans la gueu***le et bon voilà… 😉

La hyène étant ton cerveau, au cas où tu n’as pas suivi entièrement cet article et que tu arriverais là au milieu par hasard…

En fait le coup de pelle c’est la résistance au changement… cette conna***se…. Oui…oui, qui va te pourrir un peu la vie… ou beaucoup.

Tu étais en mode newlife, c’est la fête et je suis une licorne avec un nouveau moi… et tu te ramasses par terre après un bon coup de pelle…

Qu’est-ce qui s’est passé?

Quand tu commences une nouvelle chose, quand tu changes un truc chez toi, une habitude, un comportement, un schéma répétitif… tu es boosté par ce que tu as compris de toi, par le changement que tu souhaites, par ton action en ce sens, par la fierté d’avancer, par ton nouveau moi…

Mais au fond de toi, il reste tout ce qui faisait ce truc qui te dérangeait et que tu voulais changer… un magma de choses vécues, de mots qui font mal, de comportements appris ou de défenses, des schémas de constructions un peu bancals ou répétitifs, de croyances, d’images, d’émotions…

Et tout cela constitue ton environnement/fonctionnement normal, pour ton cerveau et ton corps, quelque chose de familier donc rassurant et confortable.

Et tout ce qui est nouveau, comme ta nouvelle habitude, ton choix de modifier quelque chose, est inconnu, donc potentiellement angoissant, stressant ou dangereux… pour ton cerveau et ton corps, ils dégainent alors leur meilleur arme dissuasive: la résistance au changement… cette conna***se!

Parce qu’ils préfèrent le non changement, ils ont leurs habitudes, leur confort, leur bien-être, leur cohérence… et toi tu viens les déranger…

C’est pour cela que au bout d’un moment, d’une période, tu ressens une opposition au changement que tu voulais dans ta vie et pour lequel tu agissais. Tu as moins de motivation, moins d’énergie, tu ressens une flemme, cela te demande beaucoup d’efforts, c’est moins fluide, tu reportes ce que tu as mis en place, tu es moins rigoureux, tu détournes ton regard de ton objectif, tu commences à sortir les rames…

C’est ta résistance au changement (cette conna***se, pour rappel) qui prend le pouvoir sur toi…

Et là il te reste à respirer… et à persévérer… et à reprendre ton pouvoir… 🙂

Il faut trois semaines pour que le cerveau considère une nouvelle habitude comme normale… donc patience… n’écoute pas ton ami l’auto-saboteur, le grand ami de la résistance au changement… recentre-toi sur ton but, ta motivation, etc… le pourquoi de ce choix de changement que tu as fait.

Souviens-toi que tes choix sont faits par toi et pour toi 🙂

 

Bonus la résistance au changement c’est toi… oui tu as un côté conna***se… donc ce qui fait partie de toi ne doit pas être ignoré mais écouté. Ecoute ta résistance avec bienveillance, ne la suis pas, ne t’en détourne pas, juste continue d’avancer, à ton rythme, avec bienveillance mais sans complaisance, avec respect pour elle et respect pour toi et ton choix, ta décision… parce que tenir compte de toutes les parties de soi est important, les respecter, les aimer et plus… mais tu dois garder ton pouvoir sur ta vie, sur toi, sur tes résistances et donc sur tes choix… 🙂

 

Eve ROSE, Psychologue & thérapeute, Consultations par Mail & tchat, Psy-mail.com

 

Choisir le MAIL... avec une psy en ligne

Préférer le TCHAT... avec une psy en ligne

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *