Bon… mon passé, j’en fais quoi?

 

Comment faire le deuil de son passé ? C’est une question d’un ami pour un Questions/Réponses et qui fait écho au thème du passé que je souhaitais aborder.

Le passé c’est l’ensemble de nos expériences, c’est en partie ce qui nous a construit, c’est ce qui a fait ce que nous sommes.

Donc le passé est derrière vous et en vous.

Que votre passé soit lourd, léger, tumultueux ou bisousnours, de toute façon il fait partie de vous, vous ne pouvez ni le supprimer, ni l’effacer, ni le changer…

Le passé vous influence mais, comme je le dis souvent, vous avez chaque jour, le pouvoir de changer les choses. En effet si on/le passé vous a appris à penser telle ou telle chose, à être de telle manière, etc… vous pouvez changer ce qui vous ne convient pas ou plus pour tendre vers ce que vous souhaitez jusqu’à ce que cela vous convienne. Ce n’est pas effacer son passé mais faire avec, l’accepter et utiliser son pouvoir pour changer le présent et préparer un avenir.

Votre passé vous conditionne mais ne vous enferme que si vous le souhaitez, et si vous le laisser faire.

Le passé est une cage pour ceux qui ne voient pas leurs ailes. Retrouve ton pouvoir et déploies tes ailes 🙂

 

Ton passé t’en apprend sur la vie, sur toi, sur qui tu es… Il t’aide à comprendre d’où viennent tes comportements problématiques ou tes difficultés, ce qui te permet de prendre la distance nécessaire pour prendre conscience des choses et agir. Il te permet de voir que tu n’es pas responsable de tout, que les choses viennent de quelque part et d’alléger ta culpabilité. Comprendre permet d’avancer.

Comprendre permet de mettre une distance entre soi et son problème, et cette distance permet de se dissocier de son problème et donc d’avoir l’espace nécessaire pour agir et pour changer les choses.

Ton passé est ton ami si tu l’utilises pour toi et pour ta vie.

 

Faire le deuil de son passé, sous-entend que le passé a été glorieux et ne l’est plus ou l’inverse, le passé a été pourri et on y a laissé ses ailes ou des plumes. Dans les deux cas, vous n’avez pas le choix. Le passé est derrière vous, il ne reviendra pas, dans un cas c’est une bonne nouvelle, dans l’autre moins.

Mais on s’en fout. Le passé s’est barré, il n’est pas le présent. Donc accepter ce passé et cette époque révolue, apprendre les leçons de cette époque, et lâcher ce passé. Conserver ce qu’il nous a appris en positif et en négatif, le passé nous enrichit oui. Parfois les pertes nous enrichissent.

Faire le deuil de son passé c’est l’accepter, c’est se pardonner pour certaines choses, c’est prendre du recul, c’est comprendre notre vie, c’est voir aussi que l’on a un pouvoir sur les choses dans notre façon de réagir et d’être.

Ta vie est dans le moment présent et chaque fois que tes pieds sont dans le passé, de ta vie tu es à côté 😉

Si tu t’attaches à ton passé, tu fuis la réalité, tu fuis ta vie. Et derrière cette fuite il y a tes fidèles compagnons l’excuse et la peur. Peut-être que tu as peur de l’inconnu, de l’avenir ou de toi ? Peut-être qu’une excuse sert ton manque de confiance en toi et d’estime de toi… ? De toute façon chaque fois que tu prends le thé avec ta peur et tes excuses pour te raccrocher à ce passé ou pour t’y maintenir, tu n’avances pas…

Laisse ton passé à sa place, ne te laisse pas envahir par le côté obscur de ton passé mais accepte le côté lumineux de celui-ci 😉

 

Bonus range ton passé : que la force soit avec toi, ton passé est ton ami, développe une relation saine avec lui, sans rancœur, sans envie, une relation sincère, franche et bienveillante. Car oui ton passé c’est aussi toi. Si ton passé te tape sur l’épaule, qu’il a un tuc à te dire, prend un moment avec lui, mais ne t’installe pas, écoute puis range-le à sa place. Ce sont tes ailes qui ont besoin de place pour te déployer, pour déployer ta vie 🙂

 

Eve ROSE, consultations psy en ligne par mail & tchat, Psy-mail.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *